Assurer l’encadrement des équipes sur les chantiers

Toute équipe qui s’active sur un chantier a besoin d’une personne qui puisse diriger les travaux, donner un plan d’organisation à chaque corps de métier et veiller à ce que chacun soit à son poste et effectue en temps et en heure les tâches qui lui ont été confiées. En fonction de l’ampleur du chantier et du temps qu’il faudra pour le livrer, ce n’est pas une place très facile à tenir, en particulier lorsque celui-ci fait intervenir un grand nombre d’ouvriers, de conducteurs d’engins et que l’on est là tous ensemble pendant plusieurs mois.

Acquérir les compétences nécessaires

Si compliquée et stressante que soit cette tâche, elle est particulièrement gratifiante, parce qu’il s’agit d’un grand défi à relever, d’autant plus si l’on doit organiser un chantier d’ampleur. La partie humaine du travail est très importante, on doit vraiment, à l’instar d’un capitaine d’équipe de sport, motiver ses troupes pour qu’elles donnent le meilleur d’elles-mêmes. On peut donc comprendre que l’on puisse avoir envie de suivre une formation de chef de chantier en alternance pour occuper ensuite un tel poste. Cette formation est complète puisque l’on y apprend non seulement à gérer les équipes et le temps, mais aussi tout ce qui a trait à la partie technique du travail à développer.

A lire en complément : Passer son code et son permis de conduire facilement et pour pas cher - Soutien Adom

Développer tout son potentiel

Ensuite il faut savoir donner le meilleur de soi-même au fil des étapes. Si les métiers du BTP sont très physiques, et en cela ne sont pas les plus faciles à assumer sur la durée, celui qui consiste à diriger un chantier ne l’est pas moins pour autant. Il s’agit de vérifier en permanence que tout se déroule selon les plans établis, et donc il convient de vérifier que chacun a livré le travail que l’on attendait de lui. De plus, chose peu évidente, il faut apprendre à déléguer une partie du son travail aux chefs d’équipe. Mais une fois le chantier terminé, c’est avant tout une grande satisfaction qui règne.

S’adapter aux différents profils d’ouvriers

Assurer l’encadrement des équipes sur les chantiers ne se limite pas à la seule résolution de problèmes techniques. En effet, il faut savoir s’adapter aux différents profils d’ouvriers qui composent ces équipes.

A lire aussi : Devenir psychologue : parcours et études nécessaires

Pour y parvenir, il faut faire preuve de flexibilité dans sa communication (source : https://www.leadersleague.com/en/news/management-how-to-adapt-your-communication-style). Les ouvriers ont généralement une grande expertise technique, mais leur formation peut varier et certains peuvent avoir besoin d’être accompagnés plus que d’autres. Il faut donc être capable d’expliquer les tâches à accomplir avec un langage adapté à chaque profil pour garantir une compréhension optimale.

Vient ensuite le changement permanent du personnel au sein des équipes. Sur les chantiers, certaines entreprises mettent en place des contrats temporaires pour répondre aux besoins ponctuels liés aux projets en cours. Il faut intégrer ces nouveaux employés dans l’équipe existante afin qu’ils puissent travailler efficacement dès leur arrivée.

Il est crucial de connaître chaque membre de son équipe et ses capacités respectives. En faisant cela, on peut assigner chacun à une tâche pour laquelle il est bien qualifié plutôt que simplement désigner un travailleur disponible sans tenir compte du poste qu’il occupe habituellement.

Lorsque tous ces éléments sont pris en compte, on peut alors être sûr de disposer d’une équipe soudée et efficace qui atteindra les objectifs du chantier dans les délais impartis.

Gérer les imprévus sur le terrain

Malgré une bonne préparation, des imprévus peuvent survenir sur le terrain. Il faut savoir gérer ces situations pour maintenir la productivité et la sécurité.

La première chose à faire en cas d’imprévu est de garder son calme. Les équipes regardent leur superviseur pour trouver des signaux rassurants dans les moments difficiles. Même si l’on ne sait pas exactement comment résoudre le problème, il faut donner l’impression que tout va bien se passer et qu’une solution sera trouvée rapidement.

Il faut déterminer l’ampleur du problème et réfléchir aux solutions envisageables. Le superviseur doit être capable d’évaluer rapidement les conséquences potentielles et prendre les décisions appropriées pour minimiser ces impacts négatifs lorsque cela est possible. Par exemple, s’il y a un risque immédiat pour la sécurité des travailleurs, il peut être nécessaire d’arrêter temporairement les activités jusqu’à ce que le danger soit éliminé.

Si une erreur a été commise par un membre de l’équipe ou si quelque chose ne fonctionne pas comme prévu, il ne faut pas chercher à blâmer qui que ce soit ni stigmatiser quelqu’un en particulier (source : https://www.forbes.com/sites/ashleystahl/2021/03/16/the-power-of-accountability-at-work/?sh=7f3a3c6472e). Au lieu de cela, on doit travailler ensemble pour trouver une solution efficace afin de réduire au minimum les retards ou autres impacts négatifs.

Il faut tenir les parties prenantes informées des problèmes et des solutions mises en place. Communiquer avec les clients, fournisseurs ou autres intervenants permet de maintenir la confiance et l’engagement sur le projet malgré ces imprévus.

Gérer efficacement les imprévus sur le terrain peut être un défi pour tout superviseur, mais cela fait partie intégrante du rôle d’encadrement d’une équipe. Avec une bonne communication, une attitude calme et réfléchie ainsi qu’un plan d’action approprié, on peut minimiser les impacts négatifs de toute situation difficile qui se présente.