L’année de césure, bonne ou mauvaise idée ?

Dans le domaine de l’enseignement, tout est mis en œuvre pour permettre aux étudiants de trouver la bonne formation et surtout de la maîtriser afin d’être compétitifs dans le secteur de l’emploi. L’année de césure figure au nombre des dispositifs mis en place pour faciliter cela. Une année de césure est une année durant laquelle, une personne dévie de la route qu’elle suit depuis toujours afin de découvrir de nouvelles choses. Cette année peut servir à faire de nombreuses choses et de plus en plus de jeunes adhèrent à l’idée. Mais avant de se lancer dans cette aventure, il est fréquent de se demander si prendre une année de césure est une bonne ou une mauvaise idée.

A lire en complément : 4 métiers qui recrutent en 2018

L’année de césure : à quoi peut-elle servir ?

L’année de césure ou année sabbatique est une période qui peut durer quelques mois ou une année entière. Elle peut permettre de faire beaucoup de choses. Au nombre des activités pratiquées lors d’une année de césure figurent le voyage dans d’autres parties du monde, le bénévolat, le stage en entreprise, ou encore l’apprentissage d’une nouvelle langue. Mais certains jeunes choisissent de ne rien faire durant cette année sabbatique. Ainsi, une année de césure offre de nombreuses possibilités et dispose de nombreux avantages.

Les avantages liés à une année de césure

Que l’on soit encore étudiant ou jeune diplômé, une année sabbatique dispose de plusieurs avantages. Cette année peut, entre autres, permettre de prendre du recul et de retourner faire ses études avec plus de motivation. En effet, au cours de cette année, on a le temps de réfléchir au choix qu’on a fait et d’en mesurer toute la teneur. À la fin de la réflexion, le résultat peut-être un changement d’orientation ou une volonté plus forte de poursuivre ses études ou encore un abandon total de ses études.

A découvrir également : Entretien d’embauche : 5 conseils pour faire une bonne impression

Certains jeunes peuvent se rendre compte que faire des études leur permettra de trouver un travail plus facile que celui qu’ils pourraient avoir avec un faible niveau d’études. Pour ces jeunes, il en résulte une motivation plus forte pour les études, ce qui peut les rendre meilleurs. D’autres à l’issue d’un stage peuvent se rendre compte que la branche qu’ils ont choisie ne répond pas à leurs aspirations et décider d’en changer. D’autres encore peuvent réaliser qu’ils aiment vraiment leurs études et s’y remettre avec plus d’ardeur.

En outre, une année de césure permet d’apprendre à gérer un budget, d’apprendre une nouvelle langue, d’acquérir de nouvelles expériences, ou d’être plus ouvert d’esprit. On découvre en effet au cours de son voyage de nouveaux horizons, de nouvelles cultures, et on peut se débarrasser de certains stéréotypes auxquels on était attaché. C’est également l’occasion d’élargir son réseau et d’allonger son CV en participant à un projet, en faisant partie d’une association, en participant à une mission humanitaire. Tous ces avantages font qu’une année de césure est une très bonne idée pour se ressourcer, s’enrichir en connaissances, et évoluer en maturité. Mais il existe également des inconvénients.

Les inconvénients d’une année de césure

Une année de césure peut amener certaines personnes à ne plus vouloir revenir chez eux après avoir découvert de nouveaux horizons. D’autres peuvent décider d’abandonner définitivement leurs études, une décision qui peut plonger les parents dans le désespoir. Par ailleurs, on peut craindre de perdre une année sur ses camarades de la même promotion. De plus, on peut avoir du mal à se replonger dans les études après une longue période passée sans. L’année de césure peut également être mal perçue et difficile à expliquer lorsqu’on ne l’a pas mise à profit pour se doter de nouvelles aptitudes.

L’année de césure peut-être une bonne idée lorsqu’on en profite pour explorer de nouveaux horizons. Mais mal utilisée, elle peut s’avérer déroutante et présenter ainsi des inconvénients. Il faut alors bien définir ses objectifs avant de se lancer.