Comment réussir son oral d’HEC ?

Les résultats viennent de tomber, vous êtes admis après l’épreuve écrite d’HEC ! C’est évidemment une bonne nouvelle mais le concours ne s’arrête pas là. Bien au contraire, il faut savoir que vous avez en moyenne 66 % d’intégrer cette école de commerce prestigieuse avant l’incontournable passage devant les juges. Alors pour bien vous préparer à cette épreuve orale, des professionnels vous accompagnent et vous proposent des stages intensifs pour réussir. 

L’oral d’HEC 

C’est une épreuve qui a tendance à passer à la trappe et pourtant, il faut savoir que l’épreuve orale d’HEC possède un coefficient égal voire supérieur à l’épreuve écrite. C’est donc une étape qu’il faut préparer avec soin et dans laquelle vous serez interrogés sur le module culture et sciences humaines, sur votre première langue, votre deuxième langue ainsi que sur un entretien triptyque d’aptitude au management. Quant aux épreuves spécifiques, elles dépendent de votre spécialisation, en histoire, en économie ou en mathématiques par exemple. Alors pour mettre toutes les chances de votre côté, un organisme vous propose une classe prépa pour votre admission en parallèle

A lire aussi : Se former à l'endodontie de façon efficace

Miser sur une prépa pour le concours 

Pour pouvoir mettre toutes les chances de votre côté lors de votre oral d’HEC,  cet organisme a décidé de vous proposer une prépa intensive. Ainsi, au niveau des enseignements dispensés, nous retrouvons les modules triptyque, mathématiques, anglais ainsi que culture et sciences humaines. À l’intérieur, une méthode vous permet de mieux maîtriser votre sujet et surtout, vous propose d’en acquérir une bonne expertise grâce à des examens blancs et une multitude de fiches exercices. Quant aux formateurs, ils vous accompagnent durant tout le temps de votre soutien scolaire et font même partie des membres du jury de cette école prestigieuse. Ils sont donc parfaitement au courant de ce qu’il vous sera demandé et vous offrent un enseignement axé sur votre réussite ! 

A voir aussi : L'année de césure, bonne ou mauvaise idée ?