Comprendre la courbe du changement dans la gestion de projet

Comprendre la courbe du changement dans la gestion de projet

Mineurs ou majeurs, de nombreux changements interviennent au cours de la vie d’un projet. En entreprise, les défis de la numérisation, la concurrence renforcée et les changements de collaborateurs exposent les travailleurs à des changements importants.

Pour faire face à ces changements et préserver les performances des équipes, le gestionnaire de projet peut s’appuyer sur la courbe du changement. On vous dit tout sur cet outil incroyable dans cette rubrique !

A voir aussi : Quelle est l’importance du feedback en entreprise ?

Courbe du changement : origine et présentation

Encore appelée la courbe du deuil, la courbe du changement a été conçue en 1960. Œuvre de la psychiatre helvético-américaine Elisabeth Kubler-Ross, cet outil s’intéresse aux états psychologiques de l’humain face à un changement drastique dans sa vie personnelle. Lors de sa création, la courbe a servi à illustrer la gestion psychologique du deuil avant de s’étendre aux autres aspects de la vie.

Maladie, perte d’emploi, transformations organisationnelles de l’entreprise, la courbe permet aujourd’hui de faire face à tout type de changement. Elle se présente comme un outil d’accompagnement pour intégrer efficacement les changements qui surviennent dans la vie personnelle comme dans la vie professionnelle.

A découvrir également : Le rôle et les missions du coach professionnel en entreprise

Au fil des années, la courbe du changement a prouvé sa remarquable efficacité. Aujourd’hui encore, elle est prisée par les managers et gestionnaires de projet. Pour mieux la comprendre et vous en servir de manière optimale, vous devez bien connaître les différentes étapes de la courbe du changement.

Les étapes de la courbe du changement expliquées

Comprendre la courbe du changement dans la gestion de projet

Déclinée en 5 étapes, la courbe du changement indique les différentes émotions par lesquelles on passe lorsqu’un changement s’impose à nous. D’abord vient le choc. C’est également l’étape du déni. À cette étape, on se refuse à la réalité.

La deuxième étape est celle de la colère. Par expression de la peur, on s’oppose farouchement au changement. Inquiétude, doute, beaucoup d’émotions se mélangent à cette étape. La troisième étape du deuil est la tristesse. On l’appelle aussi l’étape de la dépression. Ici, le corps subit le coup du tumulte d’émotions. Fatigue extrême, larmes, appréhension et nostalgie sont normales à ce niveau.

La quatrième étape du changement est celle de l’acceptation. À ce niveau, on sort du gouffre. Le changement est déjà accepté. On se projette désormais sur l’avenir pour y faire face. La dernière étape de la courbe du changement est celle de la sérénité. Ici, on retrouve de l’entrain et de la motivation. On parle aussi de l’étape des nouvelles forces.

Utilités de la courbe du changement en gestion de projet

L’humain étant un capital crucial dans la concrétisation de tout projet, il est important de bien l’accompagner face au changement. Grâce à la courbe du changement, le gestionnaire de projet peut épauler les collaborateurs quand intervient un changement professionnel ou personnel important.

Deuil, maladie, changements structurels et organisationnels au sein de l’entreprise, délocalisation, la courbe du changement sert dans de nombreuses situations. En l’apprivoisant, le gestionnaire de projet peut aisément accompagner les travailleurs vers l’intégration positive des changements. Cela évite notamment le surcoût, la baisse de performances, la perte de rentabilité, etc.

En veillant à un bon accompagnement du changement, le gestionnaire de projet maximise les chances de réussite de son projet. Avec l’approche idéale, il peut assurer la pleine motivation des équipes, quels que soient les types de changements qui surviennent au cours du projet.